Site en en cours d'évolution - les contenus sont accessibles - merci de votre compréhension

La recherche des tracés sur les sections prioritaires

En 2020, le secrétaire d’État auprès du ministre chargé des Transports réaffirme le caractère prioritaire de la LNPN et fixe une feuille de route pour la poursuite des études. 
Les sections reliant Nanterre à Mantes-la-Jolie et Rouen à Barentin, ainsi que la réalisation d’une nouvelle gare sur la rive gauche de Rouen, sur le site de Saint-Sever, ont été déclarées prioritaires. Il s’agira des premiers aménagements réalisés. 

LES ZONES DE PASSAGE PRÉFÉRENTIEL

Les zones de passage préférentiel (ZPP) ont été retenues par l’État à l’issue de la première étape d’études et de concertation qui s’est déroulée entre 2014 et 2017, sur les bases d’une démarche d’analyse multicritère remise par SNCF Réseau. Des premières mesures d’évitement ont été appliquées en écartant les ZPP à trop fort impact. 

LA DÉTERMINATION DES SCÉNARIOS DE TRACÉS

Lors de la recherche d'un tracé de référence au sein d’une ZPP, l’objectif est de cerner les tracés possibles, éliminer les tracés les plus sensibles et retenir le meilleur compromis. Une analyse multicritère est menée afin d’évaluer les scénarios en fonction des enjeux majeurs du territoire, identifiés en collaboration avec les parties prenantes et à la suite d'investigations sur le terrain. 

Ces principes expliquent en grande partie le temps nécessaire à cette étape, puisqu’ils induisent :

  • des recueils de données d’entrée précises dont certaines sont soumises au cycle des saisons (inventaires faune-flore),
  • des itérations entre les différents domines d’étude (études d’exploitation, de trafic et de rentabilité socio-économique, études de conception techniques et environnementales),
  • de nombreux échanges avec les élus, les acteurs du territoire et le grand public (concertation continue),
  • enfin des prises de décisions des instances de gouvernances sur la base des études et des retours du territoire.

LA SECTION DE LIGNE NOUVELLE ENTRE NANTERRE ET MANTES-LA-JOLIE  

La section de ligne nouvelle entre Nanterre et Mantes-la-Jolie sera empruntée par tous les trains reliant la gare de Paris Saint-Lazare à la Normandie. Les performances de cette section présentent donc un enjeu particulier pour la LNPN compte tenu des bénéfices attendus pour les usagers et les territoires. 

Le territoire présente des enjeux variés avec une densité de population et d’activités importantes ainsi que la présence d’espaces agricoles et forestiers, et des enjeux patrimoniaux et paysagers.

Compte tenu des enjeux d’insertion du tracé, la section sera divisée en plusieurs sous-sections afin d’apprécier les contraintes locales. Plusieurs scénarios de tracés ont été étudiés sur ces différentes sous-sections. Ils seront à apprécier selon leurs enjeux et la possibilité d’aboutir à un tracé continu répondant aux objectifs de performance.

Image
Image

LA SECTION DE LIGNE NOUVELLE ENTRE ROUEN ET BARENTIN

La LNPN consiste à la réalisation d’une nouvelle gare sur le site de Saint-Sever couplée à une nouvelle ligne d’une quinzaine de kilomètres. Au sortir de la future gare de Rouen Saint-Sever, les trains emprunteront la tranchée couverte existante, puis entreront en tunnel au niveau du faisceau ferroviaire Clamagéran pour la traversée sous-fluviale de la Seine pour rejoindre le plateau de Caux. Le tunnel débouchera dans le secteur de La Vaupalière / Saint-Jean-du-Cardonnay pour se raccorder à la ligne existante « Rouen <> Le Havre », à l’est de viaduc de Barentin.

Il a été retenu la réalisation d’un tunnel pour franchir la Seine, les ouvrages urbains existants (dont le pont Flaubert), et le passage de la vallée du Cailly jusqu’au plateau de Caux. La variabilité du tracé réside ensuite dans le positionnement du débouché du tunnel sur le plateau de Caux au niveau du secteur de La Vaupalière / Saint-Jean-du-Cardonnay.

Plusieurs scénarios sont envisagés afin de réduire l’impact de la ligne nouvelle sur le territoire. L’objectif de ce tracé étant de se raccorder au réseau ferré existant en amont de Barentin, ce point fixe est commun à tous les scénarios de tracé présentés en concertation et compatibles avec un futur prolongement vers Yvetot.

LA FUTURE GARE DE ROUEN SAINT-SEVER

La gare actuelle de Rouen Rive-Droite et la configuration du nœud ferroviaire de Rouen ne permettent pas l’accroissement du trafic ferroviaire attendu dans les prochaines années. La création d’une future gare à Rouen Saint-Sever s’impose pour permettre le développement de l’offre interrégionale et régionale dans l’aire métropolitaine rouennaise. Cette nouvelle gare est conçue comme une gare d’agglomération recevant l’ensemble des trains circulant dans l’étoile rouennaise. Elle permet ainsi d’optimiser les correspondances entre les différentes missions de train.

Sa création nécessite un réaménagement du plan de voies en amont de la gare ainsi que la création d’un saut-de-mouton permettant d’éviter le cisaillement entre les circulations ferroviaires. L’orientation du bâtiment voyageur de la future gare reste à définir sur l’emprise SNCF actuelle : en perpendiculaire de la Seine, soit face à l’avenue Champlain, soit en surplomb des voies. De cette orientation dépend l’accès des voyageurs aux voies.

Crédits photos : DR 2023 stratéact’ SNCF Réseau / Claire-Lise Havet